mode femme 1910
Mode femme

Mode femme dans les années 1910

La mode du début des années 1910 a conservé des éléments de la décennie précédente, tout en commençant à évoluer vers un style plus simple. Mais au milieu de la décennie, la Première Guerre mondiale a frappé le monde occidental, entraînant un ralentissement de l’évolution de la mode.

A quoi ressemblait la Mode femme en 1910

La mode dans les années 1910, comme la décennie elle-même, peut être divisée en deux périodes : avant la guerre et pendant la guerre. La Première Guerre mondiale a eu un effet profond sur la société et la culture dans son ensemble et la mode n’a pas fait exception. Si les changements dans la mode féminine qui se sont manifestés dans les années 1920 sont souvent attribués aux changements dus à la Première Guerre mondiale, de nombreux styles populaires des années 1920 ont en fait évolué par rapport aux styles populaires d’avant la guerre et dès le début de la décennie.

La mode au début des années 10

Les années 1910 ont débuté avec une silhouette plus douce que la décennie précédente, qui était dominée par la “forme en S”. Alors que la forme déformée créée par les corsets à front droit s’était adoucie en une silhouette plus naturelle, le style du début de la décennie mettait encore l’accent sur le buste qui faisait écho aux styles de la décennie précédente. La robe de bal de G & E Spitzer montre comment la courbe en S s’est adoucie au début de la décennie, mais s’appuyait toujours sur l’aspect lourd du haut. Lorsque cette forme en S a commencé à disparaître complètement, les jupes ont commencé à se rétrécir vers le bas, comme l’exemple de Doeuillet et un style complètement nouveau, celui d’une taille empire ravivée, a également émergé.

Au début de la décennie, la montée de l’orientalisme est un événement important. Les Ballets Russes présentent Schéhérazade (un ballet basé sur les Mille et une Nuits) à Paris en 1910, ce qui déclenche l’engouement. Paul Poiret a contribué à populariser ce look, qui se caractérisait par des tissus drapés, des couleurs vives et une silhouette en forme de colonne. Il introduit même le pantalon “harem” en 1911, un pantalon ballon que seules les femmes les plus audacieuses choisissent de porter. Le déguisement porté lors de sa fête “Les Mille et une nuits” incarne ce style.

style vestimentaire femme 1910

La mode de Poiret

La mode de Poiret a dominé la première moitié de la décennie, ne serait-ce que parce qu’elle était inventive et qu’elle faisait de l’actualité. En 1911, il introduit la “jupe à boitiller” qui se rétrécit tellement au bas de la jupe qu’elle rend la marche des femmes difficile. Sa robe rayée de 1910 fait allusion à cette silhouette. Il aimait à prétendre qu’il avait aboli le corset et, en effet, ses robes de chemise amples ne nécessitaient plus le sous-vêtement rigide, bien que d’autres créateurs s’éloignaient également des looks corsetés à la même époque. Une autre de ses silhouettes innovantes était la “tunique à abat-jour”. Ainsi, on commence à voir comment l’approche ludique et inventive de Poiret en matière de mode a conduit aux styles populaires des années vingt.

Bien que Poiret ait fait une impression formidable sur la mode du début des années 1910, il n’était en aucun cas le seul créateur de premier plan. Lucille, ou Lady Duff Gordon, était une styliste populaire dont les affaires basées à Londres ont traversé l’Atlantique pour s’installer à New York et Chicago au début de la décennie. Le créateur français Jacques Doucet était très populaire pour ses créations fluides, tandis que Mariano Fortuny, de Venise, faisait breveter de nouveaux procédés de plissage et de teinture.

Le style vestimentaire des femmes avant la guerre

En 1914, le monde est lancé dans la “guerre pour mettre fin à toutes les guerres”. Les tuniques portées par-dessus les jupes, comme celles que l’on voit sur la photo de la rencontre de Rockaway Hung, étaient une mode populaire en temps de guerre, tout comme les vêtements simples et utilitaires. Même des créateurs français comme Jacques Doucet ont produit des dessins simples en coton pendant la guerre. Les femmes ont commencé à porter des uniformes, y compris des salopettes et des pantalons, lorsqu’elles travaillaient dans les usines de munitions pour l’effort de guerre.

Bien que les États-Unis ne soient entrés en guerre qu’en 1917, les effets de la guerre sur la mode se faisaient déjà sentir en France, au Royaume-Uni et dans le reste de l’Europe. La France avait été le centre de la mode pendant des années et la guerre a ralenti, sans toutefois l’arrêter complètement, la production et la distribution de nouvelles modes. La robe du soir Worth de 1916 montre que la mode n’a pas été entièrement oubliée, tout comme l’image des femmes qui sont venues s’enrôler dans les Marines en 1918. Pour les femmes, les uniformes militaires comportaient des éléments de la mode actuelle : les longues jupes avec des tuniques ou des vestes portées par-dessus faisaient penser à la tenue civile. Les uniformes blancs des femmes de la Marine sont particulièrement évocateurs des styles portés par les suffragettes.

Et après la guerre ?

Après la fin de la guerre, les styles simples ont continué et une silhouette en forme de “tonneau” a émergé. L’historien de la mode James Laver écrit dans Costume et mode : A Concise History que “l’effet était complètement tubulaire”. Les jupes étaient encore longues, mais on a tenté de confiner le corps dans un cylindre” (230). Cela allait finalement devenir l’apparence populaire des pantalons à claquettes de la décennie suivante et la jupe plissée et le manteau cocon de Poiret laissent fortement présager de ce qui allait suivre.

Icône de la mode des années 1910 : Denise Poiret

La femme de Paul Poiret, Denise, était à la fois son modèle et sa muse, la propulsant dans le rôle d’une icône de la mode : “Muse et modèle, Denise Poiret était une publicité vivante pour son mari, qui l’utilisait comme prototype de ses robes de la ligne Empire” (Lécallier). En avance sur son temps, sa silhouette mince fera plus tard fureur dans la décennie suivante et les robes de chemise de Poiret sont conçues spécialement pour elle. Dans leur exposition de 2007 sur Poiret, le Metropolitan Museum of Art a décrit l’influence de Denise sur son mari et sur la mode :
“Mince, jeune et sans prétention, elle était le prototype de la garçonne. Poiret a utilisé sa silhouette élancée comme base de ses constructions radicalement simplifiées. En 1913, il déclare à Vogue : “Ma femme est l’inspiration de toutes mes créations, elle est l’expression de tous mes idéaux”. Si Poiret était le prophète du modernisme, Denise en était l’incarnation la plus convaincante”. (Le Metropolitan Museum of Art)

Denise a revêtu le controversé pantalon de harem de son mari (avec une jupe à armatures) lors d’une extravagante fête costumée appelée “Les mille et une nuits” (une référence claire à la popularité de Schéhérazade) en 1911. Le même style a ensuite été utilisé dans les costumes qu’il a produits en 1913, et ils ont fait leurs débuts en dehors du domaine du costume plus tard cette année-là. Avec son mari, le duo incarne la mode d’avant-garde des années 1910.